Industrie bioalimentaire

Ce secteur comprend la production agricole, la pêche et l’aquaculture, la transformation des aliments et des boissons, le commerce de ces produits ainsi que la restauration.

PIB

  • 7,5 % du PIB de l’économie au Québec
  • Autres

0 G$

Nombre d’établissements

0

Emplois

  • 12 % de l’emploi total au Québec
  • Autres

0

Investissements

  • 5 % des investissements au Québec
  • Autres

0 G$

Exportations

  • 9,2 % des exportations du Québec
  • Autres

0 G$

Importations

  • 8,8 % des importations du Québec
  • Autres

0 G$

Demande alimentaire

  • 53 % des fournisseurs du Québec
  • Autres

0 G$

Agriculture

Exploitations agricoles

0

Recettes monétaires totales

0 G$

Recettes du marché

  • 14 % du Canada
  • Autres

0 G$

Part production animale

0 %

Part production végétale

0 %

Transformation des aliments, boissons et tabac

Nombre d’établissements

0

Livraisons manufacturières

  • 23 % du Canada
  • Autres

0 G$

Pêches et aquaculture

Emplois

0

Débarquements pêches maritimes

  • 7,5 % du total canadien
  • Autres

0 M$

Voir plus +

RÉSULTATS DES SONDAGES LÉGER AUPRÈS DES CONSOMMATEURS

Sondage 1Demandes et attentes des consommateurs québécois

Rapport complet

1 / 17

Sondage 2Préoccupations et perceptions des Québécois envers l’industrie alimentaire

Rapport complet

1 / 16

Saviez-vous que…

1 / 53

<
  • Au Québec, le secteur bioalimentaire procure 1 emploi sur 8, soit près de 500 000 emplois?
  • Les producteurs agricoles québécois sont parmi les plus jeunes au Canada? En effet, le groupe des 35 à 54 ans représente 49 % des exploitants.
  • Les femmes représentent 26 % des agriculteurs québécois ?
  • C’est dans les régions de la Montérégie (24 %), de la Chaudière-Appalaches (19 %) et du Centre-du-Québec (11 %) que l’on trouve la plupart des fermes ? Ces régions bénéficient des conditions de sol et de climat les plus propices à l’agriculture.
  • Au Québec, la pêche commerciale se pratique principalement en eau salée? 94 % des pêcheurs travaillent en eau marine, alors que seulement 6 % pêchent en eau douce.
  • À lui seul, le secteur de la pêche commerciale emploie environ 30 % de la population active des Îles-de-la-Madeleine et fournit près de 4 emplois sur 5 sur la Basse-Côte-Nord?
  • Les revenus de la pêche commerciale proviennent à 90 % de la capture des crustacés, plus précisément le homard, la crevette nordique et le crabe des neiges?
  • Les principales espèces pêchées en eau douce commercialement sont l’esturgeon, la barbotte brune et l’anguille?
  • Au Québec, 21 % du poisson élevé dans les piscicultures est destiné au marché de la table? Le reste de la production sert à ensemencer les lacs et les rivières (78 %), de même que les étangs de pêche (environ 1 %)?
  • La moule bleue constitue la plus importante production maricole au Québec, suivie de la culture des huîtres et des pétoncles?
  • Environ 90 % de la volaille, 60 % du lait, 50 % des porcs et 25 % du sirop d’érable sont transformés par des entreprises affiliées ou par des coopératives québécoises appartenant à des producteurs agricoles?
  • Près de 50 % des entreprises de grandes cultures (ex. : maïs, soya) et des pépinières québécoises limitent l’usage des pesticides? Ce nombre augmente à 70 % dans les cultures de légumes et de petits fruits.
  • Au Québec, près des 2/3 des revenus de l’agriculture proviennent de la production de lait, de porc, de volailles, ainsi que de céréales et d’oléagineux?
  • Le Québec est le principal producteur de lait biologique au Canada? En effet, 1,5 % de tout le lait produit ici est certifié bio.
  • La participation de travailleurs étrangers temporaires est devenue essentielle pour combler les besoins de l’industrie bioalimentaire québécoise? En 2014, le secteur agricole employait 60 % de ces travailleurs.
  • Les entreprises de transformation alimentaire créent près de 64 000 emplois?
  • Près de 70 % des produits issus des activités agricoles et de la pêche au Québec sont achetés par les transformateurs alimentaires québécois?
  • Des produits bioalimentaires québécois, comme le porc, le sirop d’érable, les produits marins et les petits fruits, sont acheminés dans plus de 160 pays?
  • Au Québec, les restaurants indépendants (69 % des parts de marché) cohabitent avec les restaurants associés à de grandes chaînes (31 %)?
  • Pour prolonger la durée de vie des aliments, les transformateurs doivent recourir à de nouvelles méthodes de conservation, par exemple des emballages plus performants, le conditionnement sous atmosphère modifiée, la pasteurisation à froid et la lumière pulsée?
  • Les régions de Montréal, de la Montérégie et de la Chaudière-Appalaches concentrent près de 70 % de toutes les activités de l’industrie de la transformation alimentaire au Québec?
  • Au Québec, au moins 450 entreprises de transformation alimentaire réalisent des ventes à l’extérieur du Québec, dont plus de 350 à l’international?
  • Près de la moitié (44 %) des ventes des entreprises bioalimentaires du Québec sont réalisées au Québec, 23 % sont effectuées au Canada et 32 % ailleurs dans le monde?
  • Les 2/3 des ventes d’aliments au Québec se font dans les commerces alimentaires (ex. : grandes chaînes) et l’autre 1/3 se fait dans les services alimentaires (ex. : restaurants, hôtellerie, institutions)?
  • Le consommateur québécois se classait en 2013 parmi les consommateurs canadiens qui font le plus d’effort pour consommer des produits locaux?
  • Le marché des aliments biologiques au Québec connaît une croissance annuelle moyenne de 10&nbsp %?
  • Les marchés de proximité regroupent notamment les marchés publics, les kiosques à la ferme, l’agrotourisme, l’autocueillette, les marchés en ligne et les paniers bio?
  • Les effets bénéfiques sur la santé sont le facteur incitatif le plus signalé par les consommateurs québécois en 2013 pour motiver l’achat de produits biologiques?
  • Le coût du gaspillage alimentaire était évalué en 2014 à au moins 31 milliards de dollars au Canada?
  • La part des consommateurs canadiens relativement au gaspillage alimentaire correspondait en 2014 à 47 % de l’ensemble du gaspillage, soit une valeur de 14,6 milliards de dollars?
  • La valeur des aliments jetés par ménage en 2014 correspondait à un peu plus de 1 000 dollars dans une année?
  • Des programmes de surveillance sont en place pour vérifier la présence des résidus de pesticides dans les aliments?
  • Moins d’une dizaine d’aliments (lait, soya, œufs, blé, sésame, noix, arachides, crustacés et mollusques) seraient à l’origine de 90 % des réactions allergiques?
  • Près de 9 personnes sur 10 au Québec ont une consommation trop élevée de sodium (sel)?
  • Environ 53 % de tous les achats alimentaires faits dans les réseaux de la vente au détail et des HRI (hôtels, restaurants et institutions) en 2013 concernent des aliments qui proviennent de producteurs, de pêcheurs ou de transformateurs d’ici?
  • Un ménage québécois consacrait près de 9 000 $ par année ou 175 $ par semaine à l’achat d’aliments et de boissons en 2014?
  • L’étiquette nutritionnelle est le principal élément d’information utilisé par le consommateur pour déterminer si un produit est réellement bon pour la santé?
  • Plus de 60 pays ont adopté un cadre légal rendant obligatoire l’étiquetage des OGM?
  • Les enquêtes sur les toxi-infections alimentaires révèlent que celles-ci sont, presque toujours, le résultat d’une méthode de préparation ou de conservation inappropriée?
  • Les aliments contaminés ne présentent pas toujours de signes de dégradation?
  • Il existe un programme de certification offrant une garantie de contrôle optimal des allergènes dont les produits portent le logo Allergène contrôlé MC.
  • Plus de 52 % des espèces de poissons et de fruits de mer du Québec tirent avantage d’une écocertification garantissant qu’une pêche est pratiquée dans le respect de l’environnement?
  • Plus de 1 150 exploitants agricoles du Québec offrent leurs produits dans plus de 100 marchés publics de chez nous?
  • Le Canada est dans le peloton de tête d’un classement des meilleurs systèmes de salubrité des aliments parmi 17 pays de l’OCDE?
  • L’appellation « biologique » qui certifie les produits québécois est encadrée par une loi du gouvernement du Québec?
  • Le « Cidre de glace du Québec », le « Vin de glace du Québec » ainsi que le « Fromage de vache de race Canadienne » sont des appellations réservées?
  • Un OGM est un organisme vivant auquel on a ajouté un ou des gènes pour lui donner un caractère particulier, par exemple la résistance à un virus?
  • Certains animaux (vaches, moutons, cerfs, etc.) portent des boucles aux oreilles qui comportent un numéro d’identification qui permet de les retracer?
  • Un ménage québécois moyen consacrait 12 % de son budget annuel à l’alimentation (alcool exclu) en 2015?
  • Au moins 10 % de l’emploi dans 14 des 17 régions administratives du Québec est attribuable à l’industrie bioalimentaire?
  • Le Québec possède 5 % des terres cultivables (arables) du Canada?
  • 39 % des recettes du marché proviennent des productions soumises à la gestion de l’offre?
  • 78 % des captures de pêche proviennent de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine?
>